La mode éco-responsable [#2] : les nouvelles tendances de production

05/02/2020 17h21 Entreprises
Entre la prise de conscience vis-à-vis des enjeux sociétaux et les difficultés économiques rencontrées par les grands groupes, le modèle de la fast fashion semble arriver à bout de souffle. Si les enjeux sont nombreux, certains acteurs comme Lolo Paris changent les règles du jeu. Focus sur les opportunités autour d’un nouveau modèle économique plus raisonné.

La surproduction est devenue un véritable poison pour la planète... et la situation financière des géants du textile. Au-delà de l’énorme gaspillage généré par cette surproduction, le modèle de la Fast Fashion bat de l’aile à cause la gestion des stocks. Si l’argument de l’impact environnemental et les revendications de certains consommateurs n’ont pas encore fait chavirer le cœur de leurs actionnaires, le coût des invendus devient problématique pour les mastodontes du secteur. H&M avait ainsi accumulé jusqu’à plus de 3 milliards de dollars de vêtements en stock début 2018 (sans parler des tonnes de vêtements brulées l’année précédente !). Le concept de produire toujours plus pour vendre plus commence à s’essouffler.

L'essor du modèle à la demande

Alors comment remettre en selle une mode qui perd les pédales? Ne produire qu’une fois la commande passée devient une véritable solution. En repensant la façon de concevoir les pièces, les quantités peuvent s’adapter - réellement - à la demande et les marques sont en capacité de réajuster les commandes en fonction du succès d’une pièce. Entre industrie 4.0, imprimante 3D, automatisation et robotisation, une start-up comme Tekyn a ainsi capitalisé sur ce besoin pour lancer cette méthode de production en circuit court. Leur objectif: produire moins et vendre mieux, en réajustant en temps réel les commandes de leurs clients.

Avec la promesse d’une gestion des stocks en flux tendu, de plus en plus de nouveaux acteurs se tournent vers cette méthode très attractive. Le “zéro stock” permet ainsi de réduire ses charges et son besoin en fonds de roulement. Alors attrait écologique ou économique ? Il devient possible d’allier les deux.

Pour une start-up à impact comme Lolo Paris, cette solution paraissait comme évidente: “Grâce à une étude préliminaire nous nous sommes rendu compte que nos clientes étaient prêtes à attendre pour avoir un soutien-gorge de qualité sur-mesure, nous confie Océane co-fondatrice de la marque. Avec notre algorithme qui permet une combinaison de 57 tailles différentes, il nous paraissait pertinent de privilégier d’un point vue économique et écologique la production à la demande pour éviter tout invendu”. Si cette solution semble être un pari, elle pourrait en réalité devenir une véritable solution pour construire un modèle plus durable avec une toute nouvelle promesse client : “les consommateurs deviennent habitués au système de pré-commande et de plus en plus de start up optent pour cette stratégie plus durable. Les grands groupes vont aussi devoir transformer leurs méthodes de production”.

La jeune marque de lingerie privilégie ainsi la confection de produits uniques et de qualité loin de la mode jetable, adaptés à la morphologie de chaque femme. En développant un modèle plus raisonné, ces marques éco-responsables reconnectent également le consommateur au savoir-faire et à la fabrication du produit.

Découvre Lolo

Le sourcing durable au cœur de la stratégie

Soucieuses de collaborer avec un site de production proche du marché hexagonal, les fondatrices de Lolo Paris ont finalement trouvé un partenaire en France, non sans quelques difficultés: “Le plus compliqué était de trouver un site industriel qui était prêt à nous suivre dans ce type de fabrication, car cela modifie leur logistique. On a finalement réussi à trouver un atelier qui a accepté cette flexibilité, car il partageait nos valeurs et s’inscrivait dans cette démarche écologique”. Pour confectionner leurs premières pièces, elles ont également aligné leurs valeurs avec leur stratégie d’approvisionnement des matières, privilégiant la proximité et la qualité. Au menu, 15 fournisseurs labellisés Oeko Tex, tous localisés dans un pays latin, et une dentelle en fibres recyclées comme principal ingrédient. Lolo Paris s’inscrit ainsi dans la réflexion nouvelle autour de l’usage des produits et des nouvelles tendances responsables de production.

Le développement des systèmes de pré-commande marque un tournant et un vrai changement de mentalité. Une mode plus raisonnée est en passe de voir le jour, avec des nouveaux acteurs qui réinventent les codes du secteur. Le sourcing des produits devient un enjeu majeur, et la Slow Fashion s’appuie ainsi sur un triptyque durabilité - transparence - traçabilité, où l’impact est au cœur des préoccupations. De quoi réellement transformer le modèle des géants ?

Edouard

 

Découvrez nos autres articles sur ce thème:

La mode éco-responsable [#1] : un modèle à bout de souffle

Plus d'articles