Bien-être au travail : 5 red flags à surveiller dans ton entreprise

06/10/2022 12h00 Carrière
Se sentir épanoui dans son travail, c’est la base. Si sur le papier, les entreprises sont censées prendre soin de la santé et de la QVCT (Qualité de Vie et des Conditions de Travail) de leurs équipes, la réalité est parfois tout autre.

Comment reconnaître les signaux qui doivent alerter sur la dégradation de son bien-être au travail ? How I Met Your Planet vous dit tout dans cet article !

Comprendre l’importance du bien-être au travail

Avant d’entrer dans le vif du sujet, posons les bases : de quoi parle-t-on exactement avec le bien-être au travail, et quelles sont les obligations des employeurs ?

Définir le bien-être au travail

Le bien-être au travail est un concept qui englobe les notions de santé mentale et physique, mais aussi d’épanouissement personnel et de réussite sociale et économique.

Quand il n’est pas pris en compte correctement par les entreprises, de sévères risques pour la santé apparaissent. Un RH qui se respecte connaît ainsi parfaitement les notions de TMS (Troubles musculosquelettiques) ou RPS (Risques psychosociaux), qui peuvent être évités par la mise en place d’actions de prévention.

Bien-être au travail, ce que dit la loi

Bonne nouvelle pour les salariés, la loi inscrit clairement le bien-être au travail comme une obligation pour les employeurs !

L’article L4121-1 du Code du travail stipule ainsi que les entreprises ont la responsabilité d’assurer la sécurité et la santé physique et mentale des travailleurs. Aux accidents du travail et maladies professionnelles s’ajoutent la dépression, l’anxiété et autres risques psychosociaux.

En matière d’obligation, la totalité des entreprises sont soumises à la transcription annuelle d’un document unique d’évaluation des risques professionnels (DUERP), pour évaluer les risques de leurs activités sur la santé et la sécurité de ses salariés. Dans certaines entreprises, la constitution d’un CSE (Comité social et économique) représentant les salariés sur ces thématiques est également obligatoire.

La révolution du bien-être au travail

Les études le montrent : le bien-être au travail n’est plus une option pour les salariés d’aujourd’hui !

La pandémie du Covid-19 et les confinements successifs semblent avoir rebattu les cartes : d’après une étude du cabinet Walters People, 51% des sondés déclarent que leur employeur devra porter une attention à leur bien-être accrue après leur retour au bureau.

Côté jeune génération, les attentes ont clairement évolué. La sécurité de l’emploi n’est plus le seul critère : le respect des équipes et la bienveillance, les engagements RSE, la diversité, l’équilibre vie pro/vie perso pèsent de plus en plus dans la balance.

Enfin, les employeurs ont toutes les raisons de prendre soin du bien-être de leurs équipes. Des équipes heureuses et en bonne santé sont des équipes motivées et productives. Une étude de l'Université d’Oxford précise même que le gain de productivité atteindrait les 13%. Le doute n’est plus permis : performance économique et performance humaine sont intimement liées !

Les red flags qui doivent t’alerter sur ton bien-être au travail

1. Quand le corps et la tête parlent

ll y a des signes qui ne trompent pas. Côté physique : douleurs de dos, tendinites, maux de tête à répétitions… et côté mental : tristesse, anxiété ou même apathie.

En écoutant les signaux que vous envoient votre corps et votre mental, vous pouvez sentir si quelque chose ne va pas. Est-ce que cette boule d’angoisse dans le ventre le matin provient de la peur de retourner au travail ? Et ces douleurs aux lombaires, ne sont-elles pas dues à une chaise de bureau inadaptée ?

Quoi qu’il en soit, ces symptômes doivent vous alerter. Il est maintenant temps d’en identifier la cause.

2. Le dossier de trop

Et si c’était le dossier de trop ? Surcharge de travail et horaires à rallonge peuvent conduire au burn-out. Quand terminer à 22h n’est pas une situation exceptionnelle, il faut commencer à s’inquiéter.

Si travailler dans l’urgence peut arriver de temps en temps, avec des échéances particulières sur certains projets, la limite est franchie lorsque cette situation devient récurrente. Non, le baby foot et les afterworks entre collègues ne suffisent pas à faire passer la pilule. Le risque de surmenage est bien présent, et la santé est mise à mal.

3. La perte de sens

Le cousin du burn out, c’est le brown out, ou quand la vision de l’entreprise n’est pas compatible avec la vôtre et que vos missions perdent leur sens. Le sentiment d’être inutile, ou pire, d’avoir un impact néfaste sur la société et la planète entre sur scène. Impossible, dans un tel contexte, de se sentir bien dans son travail.

76% des jeunes diplômés ou futurs diplômés estiment que leur poste doit être en accord avec leurs valeurs ! Nombreux sont ainsi les talents à changer de job et à se tourner vers les entreprises à impact.

changer de voie : découvrez leurs témoignages pour un nouveau job

 

4. Le manager un peu trop présent

Un autre grand classique, c’est le manager un peu trop encombrant. Quelques signes qui ne trompent pas pour reconnaître un manager toxique :

Un manager toxique peut anéantir votre bien-être au travail et rendre votre quotidien invivable. Au moindre doute, parlez-en autour de vous pour trouver une solution, ou fuyez !

5. C’est un bureau ça ?

L’aménagement des bureaux est un indispensable pour prendre soin du bien-être des collaborateurs. Espaces de travail suffisamment grands, espaces de pause agréables, bonne luminosité et matériel ergonomique ne sont que quelques exemples pour préserver le moral et éviter des douleurs physiques indésirables.

La startup Fairspace l’a bien compris : pour garantir le bien-être au travail des utilisateurs et le respect de l’environnement, elle propose d'aménager les espaces des entreprises de manière agréable, avec des produits 100% français et écoresponsables !

Quand le bien-être au travail n’y est pas…

C’est indéniable, les signaux sont au rouge. S’en rendre compte, c’est une première étape. Il faut maintenant dépasser la situation pour prendre soin de vous et de votre bien-être.

En parler auprès d’une personne de confiance

Sur la question du bien-être au travail, les RH sont les référents. S’il y en a dans votre entreprise, n’hésitez pas à leur faire part de vos problématiques. En fonction du contexte, ils seront capables de vous orienter en direction des dispositifs de prévention existants, de jouer le rôle de médiateur avec votre manager en cas de conflit, etc.

Si les difficultés physiques ou psychologiques se font sentir, un médecin du travail ou votre médecin généraliste peuvent également effectuer un diagnostic et vous apporter des solutions.

Le mot d’ordre : ne gardez pas votre mal-être pour vous. Parlez-en à minima avec un de vos proches, qui saura être une oreille attentive. Le simple fait de formuler à voix haute ce qui vous pose problème et d’échanger avec une personne neutre peut vous aider à y voir plus clair.

Trouver des solutions

Vos RH ont su vous entendre et vous accompagner ? Génial ! Changement de mission, passage en télétravail, achat de chaises de bureau ergonomiques, nouveau recrutement pour vous libérer de certaines tâches, etc. À chaque problème, sa solution.

Si malgré vos tentatives, rien ne change, peut-être est-il temps d’aller chercher ailleurs. Un employeur qui n’est pas à l’écoute de vos besoins est un mauvais employeur, et le bien-être au travail doit être votre priorité. Rédaction de CV, entretiens d’embauche… Profitez de la sécurité de votre contrat actuel pour chercher sereinement, mais n’attendez pas de craquer pour vous lancer.

Vous êtes maintenant capable d’identifier les principaux red flags à surveiller pour veiller à votre bien-être au travail. Envie de changer d’entreprise ?

Chez How I Met Your Planet, nous recensons une multitude de jobs avec du sens, en accord avec vos valeurs.

Nos offres d’emploi

 

Christy Simon

Plus d'articles