Découvrez le métier de responsable de l'innovation chez Citeo avec Anne-Lucie Werquin

06/08/2021 12h14 Carrière
Anne-Lucie est depuis deux ans responsable de l'innovation chez Citeo, qui accompagne les acteurs économiques dans la réduction de l'impact environnemental de leurs emballages.
Elle nous explique ses missions, son envie de rejoindre une entreprise à impact et de trouver un emploi dans la gestion des déchets. Mais elle nous dévoile surtout comment elle a réussi à mettre ses compétences au service de causes qui lui tenaient à cœur durant toute sa carrière.

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Après une classe préparatoire, j'ai rejoint une école de commerce qui avait une spécialisation en développement durable. Il y a dix ans, c'était une école pionnière sur le sujet. Choisir un master en environnement plutôt que la renommée d'une école n'était pas forcément compris à cette époque, surtout qu'il existait encore peu d'offres d'emploi dans ce domaine. Mais c'était pour moi une évidence. 

J'ai grandi en Dordogne, au milieu des espaces naturels, et je me suis rapidement rendu compte de l'impact que pouvait avoir l'activité humaine sur la nature. Je n'étais pas forcément engagée plus jeune mais, quand il a fallu faire un choix pour ma carrière, je savais vers quel type de métier me tourner pour m'épanouir au travail.

J'ai alors démarré ma carrière chez un éditeur de logiciel dédié aux métiers HSE (hygiène, sécurité, environnement). On accompagnait, via notre outil, nos clients dans la réduction de leur impact environnemental et l'optimisation de leur processus de prévention de risques conformité, et sécurité. Mais j'ai voulu aller encore plus loin dans ma démarche et avoir un impact positif plus important. Après avoir suivi le programme On Purpose, j'ai alors réalisé différentes missions au sein d'entreprises à impact comme Ecofolio (ex Citeo) ou Les Ateliers du Bocage, entreprise d’insertion membre du mouvement Emmaüs avant de diriger pendant près de deux ans une pépinière d'entreprise, dédiée aux personnes éloignées de l'emploi.

C'est ensuite naturellement que j'ai rejoint la direction de l'innovation chez Citeo, qui m'avait déjà donné l'opportunité de mettre mes compétences au service d'une cause qui me tenait à cœur. 

Pourquoi avoir voulu trouver un job à impact dans une entreprise comme Citeo ? 

J'ai rejoint avant tout une organisation avec une mission et des collaborateurs qui partagent une envie commune d'agir. On a tous un rôle en tant que citoyen dans la transformation de notre société, et travailler sur la sensibilisation de ces enjeux m'a plu.

Chez Citeo, nous accompagnons les acteurs économiques dans la réduction de l'impact environnemental de leurs emballages. Cela passe aussi bien par un travail au niveau réglementaire avec le secteur public, que par la transformation de la chaîne de valeur des entreprises. 

De plus, après avoir travaillé dans des associations, des start-up ou encore des coopératives, je voulais rejoindre une entreprise d'une plus grande envergure, présente sur l'ensemble du territoire.

 

Les engagements de Citeo

 

Quels sont aujourd'hui les grands défis sociétaux que vous traitez au sein du département innovation ? 

Le Département Innovation a été créé récemment pour accélérer les projets qui ont de l'impact, développer de nouveaux savoir-faire sur le thème de l'économie circulaire et surtout fédérer les acteurs autour de cette problématique. 

Jusqu'ici, beaucoup d'acteurs travaillaient en silo, ce qui limite leur champ d'action. Nous voulons faciliter la collaboration entre les entreprises, les chercheurs, les centres de tri, opérateurs, recycleurs et les collectivités. Innover avec les territoires nous permet de tester, expérimenter des projets puis de les déployer à plus grande échelle. 

Nous avons par exemple facilité la mise en relation entre des start-ups et des territoires. A Paris avec une start-up mesurant le taux de remplissage des poubelles et ce afin d’optimiser les tournées de collecte, à Nice avec une start-up permettant de flasher l’emballage directement à la borne d’apport volontaire, ce qui donne aux citoyens le bon geste de tri à effectuer. Les données remontées permettent de remonter des enseignements terrains s’inscrivant directement dans la mouvance Smart City.

Vous travaillez justement avec des start-up à travers un programme d'open innovation : pourquoi avoir fait ce choix ? 

Nous sommes un des acteurs pionniers sur le sujet en France et nous collaborons avec de grosses structures. Travailler avec des start-up offre de nouvelles opportunités, une certaine complémentarité avec ce que nous avons déjà mis en place. 

Elles ont une capacité d'adaptation et une certaine agilité qui nous permet une collaboration efficace avec les territoires. Nous avons ainsi un rôle de facilitateur pour ces structures : on les aide à valider leur innovation avec des experts, à gagner en visibilité, à trouver leur marché et tester leur solution. Nous voulons vraiment être un tiers de confiance entre les start-up, nos clients et nos partenaires et leur permettre une accélération.

Nous nous positionnons sur des sujets évidemment liés à notre cœur de métier : le tri, le recyclage, la collecte, le réemploi, l'éco-conception et la réduction des emballages et enfin la sensibilisation et la mobilisation autour du tri et des déchets.

 

Trouvez un emploi dans l'économie circulaire

" Il est essentiel de démontrer que votre vécu, professionnel comme associatif, peut apporter à la cause que défend l'entreprise. Identifiez bien ce que votre parcours peut leur apporter et les convictions que vous partagez avec eux ! "

 

Que conseillez-vous à un candidat qui souhaite trouver un emploi dans la gestion des déchets ou le recyclage ?

Aujourd'hui, on a beaucoup d'informations sur le sujet, mais aussi beaucoup de formations ou de mooc : il est essentiel de s'acculturer au sujet, de se former. Cependant, les entreprises à impact recherchent moins de profils spécifiques, avec un parcours très ciblé, qu'il y a quelques années. Elles cherchent de nouvelles compétences que vous avez pu développer dans d'autres secteurs et que vous souhaitez aujourd'hui mettre au service d'une cause qui vous tient à cœur. Il est essentiel de démontrer que votre vécu, professionnel comme associatif, peut apporter à la cause que défend l'entreprise. Identifiez bien ce que votre parcours peut leur apporter et les convictions que vous partagez avec eux !

Enfin le dernier conseil que je pourrais donner, c'est de ne pas se mettre de pression par rapport à la cause que vous défendez. La tâche peut parfois sembler immense, mais elle ne repose pas que sur vous. Rejoignez avant tout une entreprise dont la mission vous plait et qui vous permettra de participer à la transformation de notre société, à votre échelle

 

 

Plus d'articles